Le Pacte vert européen a jeté les bases de la modernisation économique en Europe, en enclenchant une accélération sans précédent de la transition écologique. Il se profile comme une réponse structurelle aux multiples crises auxquelles l'Union européenne a été confrontée ces cinq dernières années. Guidant le plan de relance post-COVID-19, il contribue également à réduire la dépendance des Européens vis-à-vis du gaz, du pétrole et du charbon russes. Toutefois, malgré ces avancées, des défis économiques, sociaux et géopolitiques persistent, exigeant une réponse plus robuste. Planifier la prochaine phase du Pacte vert afin de renforcer la sécurité économique et la cohésion en Europe devient un impératif.

Quatre priorités se dégagent pour le prochain mandat : une sécurité énergétique, une stratégie industrielle européenne, une nouvelle architecture financière, et des partenariats économiques avec les pays en développement.

Une véritable Stratégie Industrielle européenne, visant à atteindre un objectif de -90 % d’émissions de gaz à effet de serre d'ici 2040, peut servir de boussole aux choix stratégiques en matière d'investissements et de politiques lors du prochain mandat. Elle a le potentiel de créer un environnement propice à l'investissement des entreprises et à la planification de la réindustrialisation de l’économie.

Les principaux résultats :

  • Réindustrialiser l'Europe, en créant 2 millions d'emplois dans des industries vertes d'ici 2040, et déjà 1,6 million d'ici 2035.
  • Rendre l'énergie plus abordable pour les entreprises et les citoyens d'ici 2035, en réduisant de deux tiers les factures d'énergie des ménages et de 12 % les prix de l'électricité.
  • Renforcer la sécurité économique européenne en économisant 856 milliards d'euros sur les importations de gaz, de pétrole et de charbon entre 2025 et 2040 et 133 milliards d'euros sur les importations de technologies et de matériaux.
  • Investir 668 milliards d'euros supplémentaires au cours des 15 prochaines années dans une stratégie industrielle européenne.